article sans dates

Cactus

Cactus

Trio François Bourassa et André Leroux

Album CD, temporairement non disponible | Lost Chart / SRI

Nomination pour un prix JUNO 99, catégorie meilleur compositeur de l’année

Nomination pour Félix 99 par l’ADISQ (Association québécoise de l’Industrie du Disque, du Spectacle et de la Vidéo.) : meilleur artiste Jazz de l’année

«Un bel équilibre entre la réflexion et la spontanéité» Alain de Grosbois

«…un des ensembles les plus solides du jazz québécois…» Alain Brunet, La Presse

Cactus Erectus, d’après François, a la « saveur » du rock progressif, « avec le motif et la mesure 13/16 qui est propre à ce genre de musique. En fait, ça me rappelle les morceaux qu’Emerson, Lake et Palmer faisaient ». Le Tunnel est une pièce plus sérieuse. Le père de François est mort il y a deux ans, et pendant ses derniers jours, il notait qu’il était incapable de voir la lumière au bout du tunnel. « C’était une de ses dernières phrases », se souvient François, « alors j’ai écrit cette pièce avec cette idée en tête ». Chambrette est le surnom d’André Leroux. « Quand il allait voir sa grand-mère » explique François, « il dormait dans une chambre très petite. Et André est un grand gars, alors c’était assez drôle ». La ballade À bientôt Maurice porte le nom d’un personnage fictif. « Maurice n’existe pas, c’est juste une façon de dire quelque chose de plus nostalgique que j’espère qu’on va se revoir ». Sur ce morceau, Yves joue du djembe, un instrument de percussion africain. Comme un vrai marathon, Espadrilles conserve une allure constante et soutenue. La musique exprime la joie de la course. Groove Racinesque est un morceau fondé sur le Groove. « J’ai écrit ce riff pour le piano, la batterie et la basse », se souvient François. « Racine, c’est mon surnom ».

« Le dernier titre, judicieusement choisi, est Par tons lents. C’est un morceau lyrique et introspectif. François explique que toute ‘La composition repose sur des tons entiers qui montent et descendent lentement' » Bret Primack, New York